AU DELA DE L'AIGUILLE (1).

Houri C. Acupuncture. 1981;67:38-43.
Dans ce travail, nous avons voulu essayer de montrer que  l'acupuncture ne se limite pas seulement à des aiguilles. Nous  sommes allés au-delà de leurs actions physiologiques, c'est-à-dire dans un domaine où elles ne sont plus que des pointes de métal, mais des vectrices de messages et des médiatrices entre le médecin et son malade. Nous avons également tenté de démontrer à un niveau plus profond l'existance de leur  représentation phallique chez les médecins et dans le public. Ce  sont toutes ces notions qui nous ont permis de constater que  l'acupuncture permettait d'accroître pour certains et en fait de  mettre à sa juste valeur l'importance de la relation médecin-malade. Nous avons particulièrement insisté sur les aspects psychanalytiques afin de mieux comprendre les mécanismes réactionnels des praticiens et de leurs patients. Il nous a semblé aussi nécessaire de dire notre pensée quant à la facette psychothérapeutique de l'acupuncture ; non que celle-ci soit une psychothérapie, mais qu'elle permet à certains patients de l'utiliser très souvent inconsciemment comme telle si  l'acupuncteur sait s'adapter à chaque situation. L'acupuncture en remplaçant avantageusement beaucoup de médicaments, peut aller plus loin justement parce que le traitement se fait avec le  médecin et en présence du médecin et elle peut être considérée comme un moyen terme pour beaucoup de patients qui ne peuvent, pour des raisons très variées accéder à une psychothérapie ou une  analyse. On parle souvent des paroles interminables sur le divan de l'analyste, mais nous avons l'impression que ce ne sont pas  des domaines parfaitement comparables. L'analyse est longue mais l'aiguille est courte. Nous avons terminé en évoquant  l'incrédulité, l'indifférence et la méfiance des confrères  adversaires de l'acupuncture. Nous pensons que progressivement, de plus en plus de confrères, convaincus par le biais des preuves scientifiques, soit par l'évidence même des guérisons, soit encore parce qu'eux-mêmes cherchent à communiquer autrement,  viendront aussi à l'acupuncture. Notre désir en terme de conclusion, serait de voir les acupuncteurs agir non pas comme des "aiguillothérapeutes" armés, ni comme des agresseurs, mais comme des médecins conscients de leurs possibilités, de leur succès et de leurs échecs, afin qu'ils puissent tous, quand l'occasion se présente aller au-delà de l'aiguille.

  • 1587 Nombre de Vues
  • 1635 Nombre de Téléchargements
  • 13/09/2007 Ajouté le
  • 381.35 KB Taille