ANESTHESIE PAR ACUPUNCTURE : ETUDE CLINIQUE, APPLICATION CHIRURGICALE, MODE D'ACTION.

Nguyen Thuong Cuan et al. Revue Française d'Acupuncture. 1975;2:3-27.
Travail de la clinique chirurgicale de l'hôpital Viet Duc de Hanoï  : sur la base de 367 séances d'anesthésies par acupuncture  manuelle ou électro-acupuncture, les auteurs ont essayé d'étudier  ce nouveau mode d'anesthésie au point de vue clinique, ses  applications en chirurgie et son mode d'action. Cliniquement les  auteurs ont pu observer l'apparition première des effets  analgésiques sur les extrémités des membres, le vertex, puis de  ces régions, la propagation de l'anesthésie se fait vers le tronc  où s'opère la rencontre des zones anesthésiées. L'extension de  l'anesthésie se fait par tronçons sur les membres ou le tronc.  Fait caractéristique, les effets anesthésiques apparaissent très  tôt au niveau des pavillons des oreilles en même temps qu'au  niveau des extrémités des membres, et du vertex, mais à partir  des oreilles il n'y a pas d'extension rayonnante de l'anesthésie  vers les régions avoisinantes. Avec l'électro-acupuncture, on  peut obtenir une anesthésie généralisée à tout le corps dans la  plupart des cas, les points utilisés étant classiques ou non. Si  l'on fait une comparaison subjective entre le degré d'anesthésie  acupuncturale et le degré d'anesthésie novocaïnique, on constate  que la première n'est pas complète ; elle est de l'ordre de 80 %  au maximum si la profondeur de l'anesthésie novocaïnique est de  100 %. L'anesthésie n'atteint que la couche superficielle de la  peau, des muqueuses de la bouche, du pharynx, de la cornée, et  des dents ; plus l'on va vers la profondeur, plus le degré de  l'anesthésie diminue. Le maximum d'anesthésie est obtenu au  niveau de la main, de l'avant-bras, du pied, de la jambe et plus  particulièrement au niveau des pavillons des oreilles. Un des  auteurs a personnellement pratiqué 38 opérations (dont 23  thyroïdectomies, 6 résections gastriques, 5 crâniotomies) sous  anesthésie acupuncturale. Cette anesthésie, n'étant pas complète,  exige de la part de l'opéré un certain effort pour supporter  l'opération. Toute opération n'exigeant qu'une incision  superficielle de la peau est bien mieux supportée qu'une  opération intéressant les plans profonds, les organes profonds.  La traction douloureuse des organes internes, la tension  musculaire de la paroi abdominale demeurent les écueils de la  chirurgie abdominale pratiquée sous anesthésie par acupuncture.  Abordant l'étude du mode d'action de l'anesthésie acupuncturale,  les auteurs ont étudié 27 malades neurochirurgicaux avec lésions  des nerfs périphériques et de la moelle. Fait intéressant, 8 sur  9 malades ayant une section totale ou une lésion grave de la  moelle, présentent des effets analgésiques sus-lésionnels, les  points utilisés étant aux membres inférieurs. Sans exclure la  voie nerveuse les auteurs seraient tentés de faire intervenir une  voie humorale dans le mécanisme d'action de l'acupuncture.

  • 2542 Nombre de Vues
  • 2585 Nombre de Téléchargements
  • 23/04/2008 Ajouté le
  • 3.88 MO Taille