« LA LUNE ETRANGERE EST PLUS BRILLANTE ».

Milsky C. Méridiens. 1989;85:157-64.
L'"Abrégé de médecine et de pharmacologie chinoises" ridiculise  les "sages de l'antiquité" et donne une vision simpliste de  l'origine de la médecine chinoise. Les méridiens ne furent pas  découverts par hasard, de façon empirique, comme l'affirme  l'auteur, mais au cours d'exercices respiratoires pratiqués par  de grands maîtres. La médecine chinoise est une science  traditionnelle structurée, cohérente et efficace. Il est donc  absurde de chercher à la justifier par la science occidentale et  de faire de cette dernière le critère de justesse de la théorie  de la médecine chinoise. Si celle-ci n'est qu'un ensemble de  découvertes empiriques que la médecine occidentale connaît et  explique scientifiquement, à quoi bon faire appel à cette  médecine primitive ? L'auteur de l'"Abrégé" néglige les apports  uniques de la médecine chinoise, tels que : la vision globale de  l'homme et son unité avec le cosmos, la priorité de la  prévention, etc.

  • 1172 Nombre de Vues
  • 1190 Nombre de Téléchargements
  • 13/03/2008 Ajouté le
  • 425.72 KB Taille