MEDECINE CHINOISE ET SYNDROME RESPIRATOIRE AIGU SEVERE (SRAS) : UN AUTRE REGARD

Dubois JC. Acupuncture et Moxibustion. 2003;2(3):138-145
La première maladie grave du XXIème siècle a mobilisé en Chine les spécialistes de la médecine traditionnelle. En cette occasion, on a pu observer en direct la façon dont la médecine chinoise s’adapte lorsqu’elle doit faire face à un nouveau fléau. Six prescriptions de phytothérapie ont été choisies par les autorités sanitaires de Beijing pour combattre à grande échelle le Sras, à partir des ressources offertes par la pharmacopée et les enseignements classiques sur les Maladies de la Chaleur (wenbing). Certaines plantes utilisées sont déjà connues pour leur activité antivirale. On peut les trouver sur le continent européen, indigènes ou acclimatées. Par ailleurs, il ne faut pas exclure l’Acupuncture-moxibustion, déjà éprouvée lors d’épidémies de grippes. Comme cette méthode est étroitement liée au corpus médical traditionnel de la Chine, c’est l’ensemble des moyens thérapeutiques offerts par la médecine chinoise qu’il faut considérer, dans la lutte qui commence contre les maladie émergentes à tendance épidémique.

  • 2227 Nombre de Vues
  • 2263 Nombre de Téléchargements
  • 20/08/2007 Ajouté le
  • 681.71 KB Taille