CIBOT

Le R.P. Pierre-Martial Cibot (1727-1780).

Voir éléments biographiques  Ricci 21st Century Roundtable Database

Le R. P. CIBOT (1727-1780) a été représenté au crayon à deux couleurs (noir et bistre) par le P. PANZI. Ce dessin est conservé à la Bibliothèque de l’Institut de France. Sous le pseudonyme de « l’affligé tranquille », il fut un des meilleurs informateurs et correspondant de BERTIN et son nom revient souvent dans la correspondance de celui-ci. Une notice biographique lui a été consacrée par PFISTER (Notices biographiques et bibliographiques sur les Jésuites de l’ancienne mission de Chine, Changhaï, 1934). (Huard)

Le R.P. Cibot a donné une traduction partielle du célèbre Si-yuan-lou. Un catalogue de cet ouvrage est inséré dans les "Mémoires concernant les Chinois" (Huard 1967). [Notice du livre chinois Si-yuen. in Mémoires concernant l’histoire, les sciences, les arts, les moeurs, les usages, …. des Chinois par les missionnaires de Pékin. 1776-91. Tome IV : 421-440].

Plantes et fleurs de la Chine. Recueil de peintures précédé d’un mémoire sur les plantes, fleurs et arbres de la Chine" et d’une préface autographe par le P. Cibot, mis (1772). 404 feuillets d’après un recueil de l’Empereur de Chine.

Le P. TERRENZ avait fait 18 volumes pour l’Empereur avec l’aide de botanistes. Certaines plantes sont impossibles à identifier parce que TERRENZ a oublié de noter pistils et étamines. La classification chinoise est adoptée. Dans le mémoire précédant ce recueil, il est expliqué que les peintures ont été exécutées sur papier, car sur « soya, les peintures s’écaillent, noircissent et souffrent beaucoup pendant la traversée ». Il est aussi suggéré qu’on envoie un spécimen de la classification de TOURNEFORT et un d’anatomie botanique. Ces deux ouvrages ne manqueraient pas d’intéresser l’Empereur qui ordonnerait une révision de la Botanique chinoise sur leurs données. Numéro 124 de la vente du Duc de Rivoli (11 mars 1836), puis légué par Delessert à l’Institut de France, ce recueil provenait de la Bibliothèque de l’Abbé de TERSANT et c’est probablement en parcourant ce livre que Abel REMUSAT, jeune étudiant en Médecine et ami de l’Abbé de Tersant, a senti s’éveiller sa vocation de sinologue. (Huard).

Extraits de la préface : "On demande depuis longtemps en Europe une suite en planches ou en peintures de toutes les plantes, racines, arbres ; arbrisseaux dont les Chinois font usage dans la Médecine ou dont ils parlent dans leurs livres de botanique… tout ce qu’il y a de plus curieux et de plus intéressant à savoir sur les plantes… arbres, etc… qui sont propres à la Chine et dont elle fait usage pour les remèdes… On lui donna des peintures et il embellit son outrage de peintures faites d’après nature… Nous n’avons pu en avoir qu’une copie (l’original est chez l’Empereur) mais comme elle est plus complète et plus sûre que ce qu’on trouve dans les livres imprimés nous l’avons préférée … Le recueil que nous présentons serait précieux même en Chine. A Pé-king, 1772." 

Cibot est cité par l’abbé Grosier comme rapporté l’usage de différents remèdes par la médecine chinoise : sang de cerf, "pao-hin-ché" et "kou-tsiou" ( Quelques remèdes et recettes, employés par la médecine chinoise.  in De la Chine ou description générale de cet empire. Grosier JB. Paris: Pillet Ainé; 1819, tome VI:231-42).


3 documents pour CIBOT

  • 1- de la petite vérole

    in Mémoires concernant l'histoire, les sciences, les arts, les moeurs, les usages, .... des Chinois par les missionnaires de Pékin. 1779. Tome IV : 392-420.

  • 2- Notice du livre chinois Si-yuen.

    in Mémoires concernant l'histoire, les sciences, les arts, les moeurs, les usages, .... des Chinois par les missionnaires de Pékin. 1779. Tome IV : 421-440.

  • 3- Notice du cong-fou des Bonzes Tao-sée.

     in Mémoires concernant l'histoire, les sciences, les arts, les moeurs, les usages, .... des Chinois par les missionnaires de Pékin. 1779. Tome IV : 441-51.Souvent attribuée à tort à Amiot.