CLEYER

Andreas Cleyer (1612-1690).
Chirurgien de la Compagnie des Indes Orientales.
Son traité de 1682 "Specimen medicinae sinicae" est considéré rédigé à partir d’un manuscrit de Michaël Boym (publié ensuite en 1686 sous le titre "Clavis Medica ad Chinarum doctrinam de pulsibus").

Le Specimen fut rédigé par Andreas Cleyer (1615-1690) à l’aide des documents disparates appartenant au R.P. Boym (1612-1659), à Eberhard Rumphius (1627-1702) et au mystérieux exilé de Canton. Le manuscrit original parvint à Christian Mentzel (1622-1701), ar­chiatre du grand-duc de Brandebourg. Il est aujourd’hui conservé à Berlin. Ses sources sont le Nei-king (Bibliothèque de l’État) et le Mó-kiue attribué à Vám Xó Hó (Wang Chou-ho). (Huard1967)

Cleyer A. Specimen medicinae sinicae sive, Opuscula medica ad mentem sinensium, continens I. De pulsibus libros quatuor è sinico translatos. II. Tractatus de pulsibus ab erudito europaeo collectos. III. Fragmentum operis medici ibidem ab erudito europaeo conscripti. IV. Excerpta literis eruditi europaei in China. V. Schemata ad meliorem praecedentium intelligentiam. VI. De indiciis morborum ex linguae coloribus & affectionibus cum figuris aeneis & ligneis. Francfort sur le Main : Zubrodt, 1682. 

Cet ouvrage contient une description des divers pouls dont chacun est schématisé par trois figures différentes. Un tableau récapitulatif montre les différences entre les pouls. Un autre schéma (p. 84) indique le sens et l’horaire de la circulation du sang et des souffles dans les vaisseaux. Chaque vaisseau utilisé en acupuncture est représenté avec l’organe auquel il correspond. Des figures d’ensemble complètent ce chapitre d’acupuncture. Trente-six schémas montrent les différents aspects de la langue pathologique et les diagnostics qui peuvent en être tirés. Enfin, la matière médicale végétale est représentée par 289 plantes dont les noms sont indiqués en transcription phonétique chinoise et quelquefois en latin. Le plan de cet-ouvrage est le suivant : Traduction de quatre livres chinois sur le pouls. Traités du pouls rassemblés par un savant européen. Fragments d’œuvres médicales recueillies par le même. Extraits des œuvres écrites en Chine par des savants européens. Technique de l’examen du pouls. Diagnostic des maladies par l’inspection de la langue, Andreas CLEYER (1615-1690), chirurgien de la Compagnie des Indes néerlandaises, a plagié un manuscrit du R. P. BOYM (1612-1659). Cet ouvrage passe pour le premier livre scientifique européen qui ait diffusé en Europe le système médical chinois. Nous devons toutefois signaler que le Pr. E. HINTZSCHE, Directeur de l’Institut anatomique de Berne, a attiré l’attention sur le Mns. 350 de la Bibliothèque municipale de Berne, livre xylographie, classé à tort dans le Département des Manuscrits. A. CLEYER n’est jamais allé en Chine mais a séjourné à Desima (Japon) de 1682 à 1683 et de 1685 à 1686, comme médecin de la factorerie hollandaise. (Huard)


2 documents pour CLEYER

  • 1- SPECIMEN MEDICINALE SINICALE SIVE OPUSCULA MEDICA AD MENTEM.

    Auteroche B et Navailh R. Méridiens. 1989;87:39-57. En 1682, Andréas Cleyer, éditait en latin un livre considéré  comme le premier ouvrage occidental traitant de la médecine  chinoise. Cet ouvrage réunit dans des chapitres sans liens entre eux,  la majorité des connaissances sur la médecine chinoise, parvenues  en Occident au 17ème siècle. La première partie de l'ouvrage  traite des pouls en quatre livrets. Cette partie a été traduite  en français et le premier de ces livrets fait l'objet de cette  publication. Dans "la règle pour examiner les pouls" Cleyer  décrit : les emplacements des pouls aux poignets ainsi que les  viscères s'y rapportant, les pouls normaux et pathologiques  suivant les saisons en leur donnant comme racine celui de  l'estomac, les pouls chez l'homme et la femme (en particulier  ceux de la grossesse), les pouls permettant de pronostiquer  l'évolution fatale des maladies. Dans le chant initial pour  examiner d'une manière approfondie les pouls, l'auteur montre  l'intérêt pour le diagnostic et le pronostic de comparer le  nombre de pulsations du patient avec la respiration du médecin.  Il donne les significations des pouls, suivant qu'ils sont perçus  au premier emplacement Cun (lieu du Yang) ou au troisième  emplacement Che (lieu du Yin).

  • DE INDICIIS MORBORUM EX LINGUAE COLORIBUS & AFFECTIONIBUS CUM FIGURIS AENEIS & LIGNEIS.

    Dernière partie de " Specimen medicinae sinicae sive, Opuscula medica ad mentem sinensium" d'Andreas Cleyer portant sur l'examen de la langue avec 36 types (sans doute issus du Ao-Shi Shang-Man Jin-Jing Lu).