DU HALDE

Jean-Baptiste Du Halde (1674-1743)

Voltaire : « Quoiqu’il ne soit point sorti de Paris, et qu’il n’ait point su le chinois, [il] a donné, sur les Mémoires de ses confrères, la plus ample et la meilleure description de l’empire de la Chine qu’on ait dans le monde« .

Le Secret du Pouls, inclus dans le traité monumental de J.-B. du Halde, est l’oeuvre du R.P. Julien-Placide Hervieu (1671-1746). C’est une adaptation d’un Mó-kiue (secret du pouls) de l’époque Song avec des commentaires et des notes. Elle eut une seconde édition française (La Haye, 1736), des éditions anglaises (1736, 1738-1741, 1742), une édition allemande (1747-1749) et une édition russe (1774-1777) connue en Allemagne par la compilation de Johann Conrad Barckhausen, dit Barchusen (1666-1723). Elle fut traduite en anglais par William Wotton (1660-1726) et utilisée par Sir John Floyer (1649-1734) dans la première édition du Physician’s Pulse Watch (1707) et dans un second volume (1710). (Huard1967)

Ce grand ouvrage, magnifiquement présenté, était considéré comme démodé par le R. P. AMIOT. Un certain nombre de passages intéressent la médecine : tome III a) « De la médecine des Chinois » (p. 378-384) ; b) « Du secret du pouls, traduit du Chinois » (p. 384-427). C’est dans cet ouvrage que se trouve la comparaison du corps humain avec un luth, reproduite par DABRY DE THIERSANT (Médecine des Chinois, 1863, p. 3) ; c) « Du thé, de l’éléphant »… (préparation médicinale de son fiel) ;… « du chameau » (usages médicinaux de sa graisse) ; « du musc » [utilisation thérapeutique (p. 480-489)] ; d) « Drogues chinoises » (hai tsao tong tchoung, San-tsi tang-coue, noe kiao), cire blanche, remède expérimenté par M. GEOFFROY ; e) Traduction partielle du Pen-ts’ao kang-mou de LI CHE-TCHEN (1518-1593). (Huard)

Le père Jean-Baptiste Du Halde publia les volumes IX à XXVI (de 1709 à 1743) des Lettres édifiantes et curieuses écrites des missions étrangères par quelques missionnaires de la Compagnie de Jésus où figurent des lettres sur la médecine chinoise.

Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’empire de la Chine et de la Tartarie chinoise / vol. III . Du Halde JB. Paris : P.G. Lemercier, 1735.

De la médecine des chinois. pages 379-84.

Secret du pouls traduit du chinois. pages 384-436.

Extrait du Pen Tsao Cang Mou c’est à dire de l’herbier chinois ou histoire naturelle de la Chine pour l’usage de la médecine. pages 437-459.

Receuil de différentes recettes employées par les médecins chinois pour la guérison de diverses maladies . pages 460-509.

Tchang-seng ou l’art de se procurer une longue vie. pages 509-525.

La traduction de   »Tchang-seng ou l’art de se procurer une longue vie », de François-Xavier Dentrecolles est publiée dans l’ouvrage (Huard 1967).