KLAPROTH

Julius Klaproth (1783-1835).
 
Orientaliste allemand. Fils du chimiste Martin Heinrich Klaproth, il naquit à Berlin et se livra d’abord à l’étude de la chimie et de la physique, puis s’adonna à l’étude des langues orientales. Il accompagna en 1805 l’ambassade envoyée par la Russie en Chine et revint en 1807 avec une ample moisson de livres chinois, mandchous, mongols et japonais. Il fut ensuite chargé par l’Académie de Saint-Pétersbourg d’explorer le Caucase, ce qu’il fit de 1808 à 1810. A son retour, il fut nommé en 1812 professeur de langues asiatiques à Vilnius, mais se vit empêché par la guerre de prendre possession de sa chaire, et vint en 1815 se fixer à Paris, dont il fit sa patrie adoptive.

[Siyun-sai Rin-siyo/Hayashi Gahō, 1652]. Nipon o daï itsi ran; ou, Annales des empereurs du Japon, tr. par M. Isaac Titsingh avec l’aide de plusieurs interprètes attachés au comptoir hollandais de Nangasaki; ouvrage re., complété et cor. sur l’original japonais-chinois, accompagné de notes et précédé d’un Aperçu d’histoire mythologique du Japon, par M. J. Klaproth. Paris: [Royal Asiatic Society] Oriental Translation Fund of Great Britain and Ireland.1834.