SUE

 

Pierre Sue (1739-1816)
Professeur au Collège royal de Chirurgie. Professeur de thérapeutique (1790). Professeur d’histoire de la médecine, puis de médecine légale. Bibliothécaire de l’Ecole de santé de Paris.

Pierre SUE (1739-1816) était le fils du chirurgien Jean Sue (1695-1762), le neveu du chirurgien Jean-Joseph SUE (1760-1857) et l’oncle à la mode de Bretagne du romancier Eugène SUE (1804-1857). Commissaire de l’Académie Royale de Chirurgie pour les rapports, il adressa en 1786 au R. P. RAUX (1754-1801), Supérieur de la Mission lazariste de Pékin, un long questionnaire, auquel le missionnaire répondit en 1788. Sa réponse mit deux ans à parvenir à Paris (1790). Pierre Süe, désirant de nouvelles précisions, envoya un second questionnaire à Pékin, accompagné d’un traité élémentaire de chirurgie, destiné à faciliter les recherches qu’il demandait : il ne reçut aucune réponse. La première réponse du R. P. RAUX a été publiée par CORDIER qui l’a, le premier, signalée dans la correspondance de BERTIN et l’a publiée dans le T’oung Pao (1914). Il ignorait la plaquette conservée à l’Académie Nationale de Médecine et qui provient du fond DAREMBERG. Le questionnaire de Pierre Süe était bien dans l’esprit d’un siècle où SAILLANT, au nom de la Société Royale de Médecine, demandait à la Mission de Pékin une documentation sur la pulso­logie chinoise et où CASSINI et J. Nicolas DE L’ISLE (1688-17.59) questionnaient le R. P. GAUBIL (1689-1759) sur l’Histoire de l’Astronomie chinoise, où Jean Rodolphe PERRONET (1708-1794), constructeur du pont de la Concorde et Ingénieur célèbre, désirait des éclaircissements sur la construction des chemins, des canaux et des jardins de la Chine, ainsi que sur la fabrication du papier et de la soie (correspondance de BERTIN). (Huard)

Publications

Mémoire sur l’état de la chirurgie à la Chine. Recueil Périodique de la Société de Médecine, Paris. 1801.

Préside la thèse de François-Albin Lepage. Recherches historiques sur la médecine des chinois. Paris; 1813.

Les correspondants de Bertin. 1. Raux. Cordier. T’Oung Pao. 1913;14(1-5):227-57.
Comporte la réponse à la requête de Pierre Sue sur la chirurgie chinoise (1788).