BEN CAO GANG MU


Compendium de materia medica
Auteur :
Li Shizhen  (1518-1593),
Date : 1593

« Compendium de materia medica » écrit par Li Shizhen, un gigantesque et intelligible travail publié en 1593 après J.-C., en 52 volumes qui prirent trente années à l’auteur. Il dresse la liste de 1892 substances médicales, plus de mille illustrations et 10.000 prescriptions avec une description détaillée de la présentation, des méthodes de préparation et d’usage de chaque substance. Le livre est plus qu’un condensé pharmaceutique, c’est un travail étendu sur différentes parties de l’histoire naturelle, comprenant la botanique, la zoologie, la minéralogie et la métallurgie.

Traductions anglaises

Porter Smith F. Chinese Materia Medica. Shanghai. 1871.
Traduction partielle du Pen ts’ao kang mu (Huard). Réédition Georgeltown Press,San Francisco, 1973


Bretschneider E. Botanicon sinicum: Notes on Chinese botany from native and western sources. London:Trubner,1882-95.
Traduction partielle du Pen-ts’ao-kang-mu (Huard). 

Laufer B. Sino-Iranica; Chinese contributions to the history of civilization in ancient Iran, with special reference to the history of cultivated plants and products. Chicago. 1919.
Berthold Laufer a fait de nombreux sondages dans le Pen ts’ao kang mu dans ses Sino-Iranica et ses études sur le datura et la mandragore (Huard).

Read BE, Liu Ju-ch’iang. Chinese medicinal plants from the Pen Ts’ao Kang Mu. A. D, 1596. Peking Natural History Bulletin. 1936. Réédition : Read BE. Chinese Materia Medica (5). Chinese medicinal plants from the pen ts’ao kang mu of a botanical, chemical and pharmacological reference list. Taipei: Southern Materials Center inc. 1982. [gera:81375].
Dans une longue série de travaux, B.E. Read nous a donné l’inventaire exhaustif de la matière médicale du Pen t’sao kang mu. C’est une oeuvre fondamentale à laquelle il faudra toujours revenir (Huard).

 Luo Xiwen. Compendium of material medica (Ben cao Gang Mu). Beijing: Foreign languages Press; 2003. (6 volumes)

Luo Xiwen. Compendium of material medica (Ben cao Gang Mu). Beijing: Foreign languages Press; 2003. (6 volumes).

Traductions françaises

Extrait du Pen Tsao Cang Mou, c’est-à-dire de l’Herbier chinois ou Histoire naturelle de la Chine, pour l’usage de la Médecine – Préface, où l’on voit l’idée et la division générale de tout l’Ouvrage in Du Halde, Jean-Baptiste. Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’empire de la Chine et de la Tartarie chinoise / vol. III. Paris : P.G. Lemercier, 1735. pages 437-59.

Biot E. Mémoire sur divers minéraux chinois, appartenant à la collection du Jardin du roi. Journal Asiatique. 1839:206-230.
Jean-François Vandermonde s’établit à Macao comme médecin de la colonie portugaise. Il rapporta à Paris (1780) 80 échantillons minéralogiques de matière médicale chinoise accompagnés d’un résumé des chapitres correspondants du Pen-ts’ao-kang-mu. La collection Vandermonde devint la propriété d’Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836) puis de son fils Adrien (1797-1853). Elle fut vendue aux enchères à sa mort et rachetée par le Muséum. Edouard Biot qui avait signalé les échantillons dans le Journal Asiatique les a étudiés de 1835 à 1840 dans ses Mémoire sur divers minéraux chinois, appartenant à la collection du Jardin du roi (1839) et dans son lapidaire chinois (Huard).

Geerts AJC. Les produits de la nature japonaise et chinoise, partie inorganique et minéralogique, Yokohama, Lévy 1878.

De Mély F. Les Lapidaires Chinois. Paris: Leroux. 1896.