HUANG DI NEI JING LING SHU

Pivot Spirituel 
Auteurs : inconnus. Attribué à l’empereur Huang Di
Date : daté des Royaumes Combattants (476-221 avant J.C.).

Constitue le Huang Di Nei Jing avec le Su Wen

Texte intégral chinois en ligne 

Neijing Lingshu
 

Traductions françaises


Chamfrault A et Ung Kang Sam. Les livres sacrés de médecine chinoise. Angoulème: Editions Coquemard; 1957. [gera:20068].

Ling-shu. Ming Wong. Paris: Masson; 1987. 396P. [gera:19008].
Ming Wong.  Ling-shu. Base de l’acupuncture traditionnelle chinoise. Paris: Masson; 1987.

Brun C. Les canons de l’acupuncture. Traduction française de « huangti nei ching ling shu ». Lausanne: Edition de l’Aire; 1988. [gera:25417].

 Nguyen Van Nghi, Tran Viet Dzung et Recours-Nguyen C. Huangdi Neijing Lingshu. Marseille, Edition NVN. 1994-1995. 3 Volumes.
Nguyen Van Nghi, Tran Viet Dzung et Recours-Nguyen C. Huangdi Neijing Lingshu. Marseille, Edition NVN. 1994-1995. 3 Volumes.

Rudermann J. Huang Di Nei Jing Ling Shu. Nîmes: AFERA; nd.

Traductions anglaises

Lu HC. A complete translation of nei ching and nan ching. Vancouver: Academy of Oriental Heritage; 1978. 5 volumes. Su Wen : volume I et II [gera: 7858-19927] ; Ling Shu : volume III et IV  [gera:19928-19929] ;  Nan Jning : volume V [gera:19930].
Lu HC. A complete translation of nei ching and nan ching. Vancouver: Academy of Oriental Heritage; 1978. 5 volumes. Ling Shu : volume III et IV [gera:19928-19929].

Kini Sunu. The canon of acupuncture. Huangti Nei Ching Ling Shu. Los Angeles: Yuin University press; 1985. [gera:19541].

Kini Sunu. The canon of acupuncture. Huangti Nei Ching Ling Shu. Los Angeles: Yuin University press; 1985. [gera:19541].

Jing-Nuan Wu. Ling Shu or the Spiritual Pivot . Honolulu: University of Hawaii Press; 2002. 

Articles

Etudes à partir du ling shu, chap. 27 « bi circulaire (unilatéral ou transmis d’un cote à l’autre). Hawawini R. Méridiens. 1994;102:147-66.


10 documents pour HUANG DI NEI JING LING SHU

  • CASCADE (1èRE PARTIE). TEXTE, PRESENTATION, TRADUCTION ET COMMENTAIRE DU LINGSHU, CHAP 8.

    Larre C, Rochat de la Vallée E. méridiens. 1988;81:25-44.Présentation systématique des essences et des esprits, des âmes  hun et des âmes po, du coeur. Mise en oeuvre par le propos et le  vouloir qui s'exercent par pensée, savoir-vivre et réflexion.  L'entretien du principe vital et l'harmonisation des 7 sentiments  ne se traitent vraiment qu'au niveau des esprits.

  • CASCADE (2ÈME PARTIE). TEXTE, PRESENTATION, TRADUCTION ET COMMENTAIRE DU LINGSHU, CHAP 8.

    Larre C, Rochat de la Vallée E. Méridiens. 1988;83:13-44.

  • CASCADE (3ÈME PARTIE). TEXTE, PRESENTATION, TRADUCTION ET COMMENTAIRE DU LINGSHU, CHAP 8.

    Larre C, Rochat de la Vallée E. Méridiens. 1989;85:17-41.

  • CASCADE (4ÈME PARTIE). TEXTE, PRESENTATION, TRADUCTION ET COMMENTAIRE DU LINGSHU, CHAP 8.

    Larre C, Rochat de la Vallée E. Méridiens. 1989;87:17-37.

  • CASCADE. (5EME PARTIE). TEXTE, PRESENTATION, TRADUCTION ET COMMENTAIRE DU LINGSHU, CHAP 8.

    Larre C, Rochat de la Vallée C. Méridiens. 1990;89:17-42.

  • CLAIR ET NON-CLAIR : A PROPOS DU LING SHU, CHAPITRE 36.

    Rempp C. Congrés d'Acupuncture, AFERA, Nîmes. 1986;129-135.Le chapitre 36 du Ling Shu parle des liquides clairs et  non-clairs, de leur origine et de leur devenir. Le rapport des  liquides non-clairs avec la mer des moelles fait envisager des  possibilités thérapeutiques en particulier pour la sclérose en  plaques et les myopathies.

  • JUE QI. LES DETERMINATIONS DES SOUFFLES (LING SHU, CHAPITRE 30).

    Oury C, Zhang Xin Jue. Méridiens. 1988;81:45-69.En proposant une traduction, assortie de commentaires, pour  ce chapitre 30 du Ling Shu, relatif à la définition des souffles,  les auteurs soulignent les nécessaires précisions à apporter  chaque fois qu'un texte chinois envisage de nommer, de  déterminer, une fonction physiologique. Si la vie est unité (un  souffle unique), elle se manifeste par une multiplicité  d'aspects, et dans ce texte sont définis : Jing, le principe  vital essentiel ; Qi, les souffles qui vitalisent ; Jin, les  liquides qui s'écoulent ; Ye, les liquides qui imbibent ; Xue, le  sang qui nourrit ; Mai, les réseaux d'animation. Derrière ces 6  termes se profilent des aspects dynamiques et fonctionnels qui  sont à la base même de la physiologie en Médecine Traditionnelle  Chinoise.

  • LE LING SHOU VIII, PIVOT D'UNE THEORIE PSYCHOSOMATIQUE MODERNE (1).

    Du Bois R. Méridiens. 1995;104:91-109.L'analyse point par point du LING SHOU VIII permet une identification des principaux concepts de base de la psychanalyse. Le dénominateur commun entre la pensée chinoise antique et la modernité est définie épistémologiquement. Il s'agit d'une pensée systémique propre à la fois aux modèles de l'antiquité chinoise et aux théories modernes de la complexité. Le LING SHOU VIII démontre étape par étape comment l'âme humaine se dote d'instances pulsionnelles et d'instances cognitives sur un rythme à quatre temps. Puis en se superposant toutes ces instances engendrent un rythme à cinq temps qui permet à l'individu de se confronter à son environnement. Les notions de pulsion, d'affect, de représentation, d'intelligence, les deux topiques freudiennes ainsi que la nosologie psychodynamique de la psychanalyse (psychoses, psychonévroses et maladies psychosomatiques) se retrouvent dans l'ancien modèle chinois. Le "génie psychodynamique " du modèle chinois est mis en évidence et contribue à forger un nouveau modèle pour la pratique de l'acupuncture.

  • LE LING SHOU VIII, PIVOT D'UNE THEORIE PSYCHOSOMATIQUE MODERNE (2).

    Du Bois R. Méridiens. 1995;105:115-32.

  • LE LING SHOU VIII, PIVOT D'UNE THEORIE PSYCHOSOMATIQUE MODERNE (3).

    Du Bois R. Meridiens. 1996;106:31-44.