Chen Fake (1887-1957)

1377 vues 05/11/2008

Chen Fake (1887-1957)

Chen Fake (1887-1957)

Chen Fake (1887-1957, 17ème génération). Arrière petit-fils de Chen Changxing, il s’entraîna assidûment dès son plus jeune âge pour compenser sa santé fragile et il s’était fait une solide réputation dès dix-sept ans. En 1928, invité par son neveu Chen Zhaopi, il se rendit à Pékin pour enseigner le Taiji quan style Chen. À cette époque, le style Yang était reconnue dans le milieu des arts martiaux et bien installé dans la capitale. Voyant Chen Fake exercer des coups rapides pour faire sortir la force (Fajing), beaucoup refusèrent sa participation lors des échanges ou discussions en Taiji quan. Il avait su relever aux maints défis lancés d’une manière « pacifique et amicale », en répétant : « Je ne suis pas bon ! ». Ce qui lui valut son surnom : « Chen Pas Bon ». Il enseignait à ses élèves et disciples le sens moral, l’humilité et le respect. Ayant compris sa haute technicité et sa maîtrise en Taiji quan, beaucoup d’experts en arts martiaux chinois le reconnurent comme « Taiji le plus grand » et vinrent apprendre auprès de lui. Il fonda la « Société Pékin Wushu » avec d’autres maîtres éminents du cercle martial de la capitale comme Hu Yaozhen. Il a grandement contribué à la diffusion du style Chen grâce à ses qualités techniques et éthiques.
Il a créé la nouvelle forme (xin jia) de l’enchaînement Chen.